Atterrissage par vent de travers

@ autogire aircraft factory

@ autogire aircraft factory

La méthode d’atterrissage dépend surtout du type de machine et du type de terrain…, quelle technique préférez vous ?

a) La glissage, manche au vent et pied contre ?

b) En crabe avec décrabage juste avant l’arrondi ?

c) Je ne vole pas si il y a du vent de travers !

Préférant les ulm aile haute à train tricycle, par fort vent de travers, la méthode la plus sécurisante, mais qui nécessite un peu d’entraînement -et qui n’est en aucun cas réservée aux trains classiques- et est parfois pratiquée par des très gros porteurs, est l’aile basse au vent (évite de se faire lever en cas de rafale) avec compensation au palonnier, et posé sur un train (mais attention si c’est très turbulent, que le train est fragile et que l’on ne maîtrise pas bien la hauteur d’arrondi…), ce qui évite la dérive, paramètre important sur une piste étroite et par vent très fort…et comme ça augmente le taux de chute , c’est tout bon, surtout lorsque le vent est si fort qu’on ne peut pas mettre de volets…

Pour la petite histoire, l’un des premiers atterrissages du Concorde, fait par André Turcat, l’a été sur un train, attitude maintenue le plus longtemps possible, car l’autre train ne s’était pas verrouillé…sachant que le concorde était déjà à la base du genre pas facile à poser proprement en temps ordinaire, notamment à cause de la très grande hauteur du poste pilote par rapport au sol au contact des roues du fait du fort cabrage de la machine…

Le décrabage est plutôt une méthode pour les ailes très basses et les planeurs qui n’ont pas trop le choix (pour ne pas risquer de frotter les ailes au sol), mais peut s’avérer risquée sur piste dure (prise de grip brutale…)

En ce qui me concerne, je n’en connais qu’une.
Correction de dérive en vol symétrique pendant toute la finale, ensuite, décrabage, décrabage partiel ou pas de décrabage selon le type d’avion et la force du vent. En avion léger, je décrabe en mettant du manche dans le vent (ce qui fait bien sur toucher sur le train principal côté vent). Avec des avions plus gros, ça dépend. En Transall, on décrabait comme en avion léger. Sur les Airbus et autre avions blanc à moteurs sous les ailes, il n’est pas recommandé de mettre de manche dans le vent sous peine de faire entrer un élément de structure en contact avec le sol.

Au fait, il y a longtemps que je n’ai pas ouvert un manuel du pilote privé (ou du pilote ULM) mais je ne crois pas qu’il y ait le choix de la méthode non plus la dedans?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s